samedi, mai 31, 2008

Keren Ann - By the Cathedral


Je sais, un samedi soir, ce n'est pas vraiment le jour pour écouter cette chanson, mais je l'adore tellement, c'est seulement après l'avoir écouté vingt fois que je vous la partage...


Magnifique.



Mario Kart !


C'est tellement nul de devoir comparer son niveau devant une télé ! Enfin, ce n'est pas nul, mais c'est tellement mieux quand la comparaison se fait dans la réalité.

C'est pour cela qu'un karting a été organisé, façon grand prix, vendredi dernier.
La piste parisienne était réservée juste pour nous, nous étions 7.

Voici la liste des participants :



Cyril, alias Yoshi, joueur amateur, c'est le seul capable de gruger sur ses adversaires. D'ailleurs s'il s'apprête à lancer des œufs, c'est pas pour rien.






Thibaut, alias Donkey Kong, joueur avec un bras plus gros que l'autre comme vous pouvez le constater. Il est venu spécialement de la cathédrale de Paris, et il a laissé Esmeralda à la maison. Il est facilement reconnaissable à sa démarche 93, qui nous laisse penser qu'il va acheter des bananes chez le marchand de fruits.





Antoine, alias Bowser, l'homme de la situation. A l'extérieur, c'est Winnie, à l'intérieur, c'est Bowser. Ça ne sert à rien d'utiliser vos coquilles pour le déstabiliser. Lever vos mains quand vous êtes près de lui, il prend peur et se dirige vers son endroit favori, les pneus.




David, alias Tod, joueur assez méconnu du monde des coureurs. Bon joueur, léger, il est capable de faire des bons résultats. La nuit, son chapeau s'allume, c'est original pour lire quand t'arrives pas à dormir.






Jérôme, alias Mario, l'homme "vénère" de la soirée. S'acheter une Audi A3 pour faire le KÉKÉ, ça ne l'aide pas forcément pour arriver premier lors de petites compétitions privées. Bientôt, il va s'acheter une 207 RC, ou RS, enfin, un truc de portugais.
On espère que ça lui donnera des forces pour gagner des places.




Vincent, alias Koopa, petit bonhomme à coquilles, il est assez léger. Il est capable de détourner l'attention des joueurs naïfs sur le circuit. Par exemple avec Bowser : "Putain Antoine, fais gaffe, une vache traverse le circuit au prochain virage". Antoine s'est retrouvé dans les pneus car il jugeait qu'il était plus en sécurité dedans.




Murciano, alias goomba, l'homme qui a vu tellement de nanas à poil (un disque dur de 350 Go). Ça le met en confiance sur le circuit. De corpulence très légère, c'est la seule personne capable de faire des roues avec son kart. Laisse tomber, même moi je sais pas comment il fait...





Les participants ont comme un air de déjà-vu. Étrange. Enfin, passons. Séance de 22:30, on met les combinaisons. Cyril prend son œuf, Thibaut prend ses bananes, Antoine prend sa grosse coquille, David et Jerôme mettent leur chapeau, je met ma coquille, et Murciano, il met rien, c'est sa nature.

Première session, les qualifications. Donc là, rien ne va plus : le but est de faire le meilleur temps pour démarrer premier sur la ligne de départ, comme dans un grand prix.
J'ai tapé le meilleur temps, en tapant dans la 33ème seconde au tour. Non négligeable, je démarre premier ! Je décide tout de suite de m'arranger avec le deuxième et le troisième, je leur demande de faire un mur au démarrage, de telle façon à ce qu'ils me laissent démarrer et prendre de l'avance tranquillement. Tous deux refusent.

C'est alors qu'on se place sur la ligne de départ, chacun à sa place, on entend le compte à rebours au micro, et on démarre ! Je claque un très bon départ, et la chance est que le deuxième et le troisième s'embrouillent pour passer le premier virage, ils créent un embouteillage sans nom, qui me laisse l'occasion de prendre une super avance. Énorme, je me retourne, je ne les vois même plus, ils sont à deux virages derrière, c'est tranquille !

Voici une photo d'un moment du grand prix :

Nous pouvons apercevoir au loin, Antoine, alias Bowser, dans les pneus.


Un grand prix qui fut donc assez long il faut dire. Même très long. Vingt tours, à la fin, tu sens tes mains. Avec la pression des boulets qui te suivent derrière, et qui te poussent à la faute, tu serres fort le volant pour ne pas être dégagé. Moralité, à la fin du circuit tu peux plus t'en servir !
Quelques chocs pendant le grand prix. Le côté "gruge" habituel, celui de freiner sur la personne de devant, pour l'éjecter, et partir plus vite que lui. Et donc ainsi le doubler.

Mais, très bonne soirée. Notre équipe de reporters a pu interviewer les participants de ce grand prix de la Villette. Les avis sont mitigés. Les portraits reflètent généralement l'humeur du conducteur. Les premiers sourient, les derniers ne veulent pas trop discuter. Mais quelques commentaires ont pu être tiré. Les voici, avec un détail sur les classements.


Cyril, alias Yoshi.
Position sur la ligne : 4ème
Classement final : 1er

Ses impressions : "j'ai toujours su que j'allais arriver premier. Je veux dire par là, tout le monde se traîne le cul nom de dieu, qu'est ce que vous voulez ! Tous des merdes, je les défonce, je suis Cyril, et je vous prend tous un par un."



Vincent, alias Koopa.
Position sur la ligne : 1er
Classement final : 2ème

Ses impressions : "J'ai fait un bête de temps lors des qualifications, personne me tirait à la bourre. Et puis lors du grand prix, super démarrage, j'étais seul sur au moins 17 tours, j'ai vu personne ! Si, j'ai doublé Bowser deux fois, mais bon, c'est Bowser. Et Cyril m'a éjecté dans un virage à 2 tours de la fin, pas fair play ! J'ai trop de cheveux aussi, j'avais plus de place dans le casque, et des fois ça m'a gêné la vue, pas facile."


David, alias Tod.
Position sur la ligne : 3ème
Classement final : 3ème

Ses impressions : "J'ai démarré. J'ai pensé que j'aurai vu du monde sur la piste. J'ai démarré troisième lors des qualif', puis troisième au final. J'ai vu personne. Ah si, aux vestiaires quand je me suis changé, j'ai vu tout le monde là. Je comprend pas, on est pas censé voir des coureurs sur la piste normalement ?"


Thibaut, alias Donkey Kong.
Position sur la ligne : 6ème
Classement final : 4ème

Ses impressions : "bwaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah ! Mother F*cker B!tch... Ouais je suis arrivé 4ème, j'ai pris deux places. J'ai des lunettes qui me permettent d'anticiper les virages. C'est comme Spiderman, je vois le futur avant le passé, mais juste après le présent. C'est bon ce que j'ai dit là ?"


Jerôme, alias Mario.
Position sur la ligne : 5ème
Classement final : 5ème

Ses impressions : "Écoute, je comprend pas, normalement, je cartonne, mais là je suis vraiment dégoûté. Je m'étais entraîné sur mon Audi, rien à faire, je sais pas ce qu'il s'est passé, peut être quelques moments de distractions avec les gyrophares de la piste qui s'allumaient, ça a du me distraire. Une chose est sûre, si j'étais rentré sur la piste avec mon Audi, je serai arrivé premier".


Murciano, alias goompa.
Position sur la ligne, 2ème
Classement final : 6ème

Ses impressions : "Bah écoutez, quand j'étais seul sur la piste, grâce à mon faible poids, je suis arrivé deuxième. Bon, sur la piste, ils m'ont tous défoncé, éjecté, martyrisé. Ya même quelqu'un qui a sorti son pied pour me le foutre en pleine gueule. heureusement que j'avais un casque sérieux. Même quand je faisais des roues avec mon kart, je veux dire à part les filles qui faisaient la holà pour moi, que dalle. Décevant."


Antoine, alias Bowser.

Position sur la ligne : dernier, puis troisième, puis dernier.
Classement final : dernier
Photo : Antoine a refusé de se faire prendre en photo car il était totalement dégoûté de ses performances

Ses impressions :
"Le Karting, c'est de la merde, je vous prend quand vous voulez sur Super Nintendo. Je suis dégoûté, mon Kart n'avançait pas, tout le monde m'a doublé deux fois. Et j'avais un Kart pipé, truqué. Au démarrage, mon karting est parti en marche arrière, c'est une blague ? J'ai pas payé 50 euros pour me taper des Karts conçus par des rigolos. Je vais de ce pas me plaindre à la CGT, on verra qui aura le dernier mot. Quoi ? Comment ça ce sont des karts lensois ? Il dit qu'il voit pas le rapport, laissez moi, je ne ferai aucun commentaire."


Voici quelques détails :

Cliquez pour aggrandir...

Nous pouvons donc constater que malgré que blondin m'est crevé les deux roues arrières deux tours avant la fin, j'entre deux fois dans le tableau des meilleurs temps : une fois pour les qualif', et une fois pour le grand prix. Antoine (trap) peut établir un bilan plutôt positif, au niveau de la différence de temps par rapport au premier, je perd 8 dixièmes de seconde. Bowser perd 2T. Le seul coureur capable de mettre des lettres dans un classement de temps. 2T, c'est deux tours. Soit environ plus de 15 minutes. Faut dire qu'il avait chargé le frigo et une télé sur son Kart, tout le monde disait, "Antoine il conduit en touriste, il regarde le paysage". C'est comme sur l'autoroute, les gens qui roulent à 80 sur la voie de gauche. BRAVO TOINOU.

A venir, un paint-ball. S'il y a des intéressés, faites le moi savoir, c'est environ 40 euros la journée, équipement prêté, en pleine forêt. Par contre, faut tout le temps courir :)

mercredi, mai 28, 2008

Création d'une communauté

Petit changement dans ce blog, qui va s'agrandir, puisque j'accueille quelqu'un que j'apprécie pour le remplir également. Cette personne, dotée d'une imagination débordante, c'est Nour !

J'apprécie toujours les personnes qui ont les idées qui fusent, cette science infuse, que peu de monde n'usent, si je ne m'abuse... (wow... 15 secondes seulement.)

Bienvenue Nour !

lundi, mai 26, 2008

Indiana Jones

Dimanche 25 Mai, le besoin ultime de l'exceptionnel.
Harisson Ford, au cinéma dans Indiana Jones et le royaume du crâne de cristal.

Un film époustouflant ! Il faut en revanche s'équiper de protection pour rester accrocher à son siège, car il y a des scènes intéressantes pour les amateurs de trucs incompréhensibles.

First,
Un film qui démarre sur les chapeaux de roues, Indiana et son pote le gros, à deux dans un coffre de Renault 5. A 60 ans, c'est pas un souci de se plier en 4. C'est une question d'entraînement.
La suite dans la bande annonce...


La bande annonce, en personne...


Ouais, ça a l'air pas mal quand même ! Il fait des cascades le vieux. Le film a été apprécié par certains, et trouvé vraiment décevant par d'autres. Le fait est que ce film est à mon avis "un trip" de Steven Spielberg, qui s'est laissé guidé par les idées non pas saugrenues, mais quelque peu osées. Spielberg a déjà fait dans son passé des films plus que paranormaux puisqu'ils mettent en scène des extra-terrestres. A ce dernier, nous ajoutons Georges Lucas, auteur des 6 Star-Wars retransmis sur grand écran.

Dans ce film, nous pouvons trouver énormément de scènes totalement impossibles à réaliser dans notre petite vie réelle... Mais la pointe d'humour que nous retrouvons dans les épisodes précédents est toujours présente, intacte avec l'âge, et, plaisante. Ceux qui ont été déçus par le dernier opus des Indy ont surtout été surpris par ces doses de cascades impossibles. Ils oublient certainement que dans les anciens opus de cette série aventurières, Spielberg n'y était pas allé de main morte non plus, quand il s'agit d'arracher un coeur qui bat encore lors d'un sacrifice, ou autre...
Nous restons entre guillemets, dans le fantastique. Et finalement, mon avis est que c'est tant mieux. Même à 60 ans... Et puis il ne les fait pas.

Harrison Ford


Les plus :

- Un Indiana Jones en forme, le même qu'avant avec les cheveux grisonnants, mais qu'importe, il a un chapeau...

- La présence d'E.T. dans le film, qui a fait une brève apparition, juste histoire de passer le coucou. Il est sympa E.T., il cherchait son téléphone. Alors dans la nuit, il allumait son doigt pour faire lampe torche. Le reste dans le film.

- Les come-backs d'anciens acteurs, comme son co-équipier de toujours, ainsi que son ancienne copine, qui lui fera une révélation étonnante au cours du film.

- Le second rôle très bien joué, par un jeune acteur américain à la progression sky-rocket, ayant précédemment joué dans Transformers, et autre. Son rôle de rocker lui va bien.

- La présence de Sean Connery sur un petit cadre posé sur un bureau. Son portrait a fait pleuré quelques personnes dans la salle.

- La présence de Mulder et de Scully. Ils font une brève apparition eux aussi. Ils mènent juste une enquête en parallèle. Aussi assujetti à cette affaire, Nicolas Cage, le ghost Rider, sur sa bécane.

- On note qu'il est désormais possible de traverser la forêt de Fontainebleau par le biais de lianes en quelques minutes, pour cela, il faut juste regarder un singe dans les yeux.


Mulder et Scully passaient par là.


Les moins :

- On se demande sur quelle planète on est des fois. Indy rentre dans une petite prison de Nonnes, alors son pote passe le balai. Soudain, l'écran noir, on passe à une autre scène. Il s'est passé quoi ?!

- La scène suivante est celle d'une maquette, certes bien fait, mais... On voit que c'est une maquette "Bandaï", acheté 49 euros chez ATAC. Cette maquette de temple Incas est jolie néanmoins, mais bon.

- On regrette la non-présence d'Omar et Fred dans le film. C'est vrai quoi, ils ont invité Mulder, Scully, Nicolas Cages, les Indiens des Yamakasi, Nana Mouskouri dans le rôle de la russe...

- Si je regarde dans les yeux une fusée, je pourrai me poser sur Mars ? Si je regarde Antoine, je descend en L2 ? Tant de questions levées par ce film, qui restent pour le moment sans réponses.



PS : J'ajoute, mais ça, c'est juste un point positif qui n'a aucun rapport avec le film, mais plutôt relatant avec la salle de cinéma. Le cinéma des Ulis, bien que périmé, probablement construit dans les 60s, est vraiment salle, et vieillot. Cependant, le bon point est l'intégration de sièges pour handicapés au hasard, dans la salle.


On remarquera la présence de Rick Hunter vers la fin.

jeudi, mai 22, 2008

Feel the Vibe


Axwell - Feel the Vibe (2005)

Ca faisait longtemps !

La danceuse a aussi été prise pour danser dans "Love don't let me walk away" de David Guetta, mais aussi pour faire des pubs avec Nike.

mercredi, mai 21, 2008

Les pieds dans l'eau


Il y a deux semaines, mon collègue m'a dit : "Vincent, ça te dit un resto avec l'équipe projet, pas la semaine prochaine, mais celle d'après ?". Alors je suis répond, "Ok".

Deux semaines passent, et hier, mon collègue me dit : "Ok au fait pour le restaurant, n'oublie pas que c'est demain, moi c'est bon, j'ai réservé. Les menus sont à 35 euros".

Il faut dire que dans mon entreprise actuelle, je mange pour 50 centimes par jour. Cinquante centimes pour quoi ? Une salade, un plat principal accompagné, un yoghourt, du pain, et un fruit.
En quelque sorte, on me propose de manger pour 70 repas de suite, soit, 3 mois et demi. Évidemment, j'ai accepté, j'allais pas dit : "bah non non... !".

Jour J, nous partons dans un restaurant qui se trouve à Neuilly. Les gens là bas sont très chics...
Un restaurant qui s'appelle, les pieds dans l'eau. Avant de rentrer, on peut s'apercevoir qu'à la carte, il faut compter 35 à 50 euros par personne...

Accueil moyen. Repas d'affaires à pour les trois quarts des personnes présentes, je dirais que ce restaurant ferait très bien l'affaire pour un repas entre amoureux du soir. La carte est cependant très courte. Le choix entre 6 entrées, 6 plats, et 6 desserts. Avec une bouteille de vin, on dépasse rapidement les cinquante euros. Je ne dirai pas combien j'ai payé, mais pour un étudiant comme moi, c'est pas toujours tip top !

La cuisine est en revanche très bonne. J'ai pris une viande, c'était très bon. Mes collègues aussi ont apprécié leur plat.
En revanche, côté prix, il faut compter, à la carte, environ 22 euros pour une viande, 15 euros pour une entrée, et 10 euros pour un dessert : ce sont des moyennes.
Par exemple, un moelleux au chocolat ne vous coûtera que 13 euros...

Concernant le vin, la carte aussi est très courte, pour des bouteilles dont le prix avoisine les 30 euros. Mais son goût confirme sa valeur.

Sans parler de la nourriture, le coin est très charmant. Un peu bruyant à cause des voitures près de la Seine sinon... sympa. Des gens sont arrivés dans leur petit bateau, ont monté les marches près de la terrasse, et sont venus manger au restaurant. Elle est pas belle la vie ?

Le restaurant s'appelle : "Les pieds dans l'eau", car quand la Seine monte de trop, la terrasse est fermée.

Je n'ai pas de photo à mettre sur ce restaurant par contre, tant pis...

dimanche, mai 18, 2008

Iron Man !


Vendredi dernier, pour relâcher la pression d"une semaine chargée en examens de dingues, c'était vendredi cinéma. Iron Man, avait l'air sympa. Un film un peu gay-guerre, mais aux jolis effets spéciaux.
Avant de commencer à critiquer ce film, voici d'abord la bande annonce :

Iron Man.


Iron Man, c'est l'histoire, en quelques phrases, d'un producteur d'armes riche, dragueur et fêtard à souhait nommé Stark, qui part dans un pays arabe vendre sa dernière nouveauté d'attaque, le missile Jéricho (ce missile que nous pouvons voir dans la bande annonce).
Sur la route du retour, Stark se fait capturer par des terroristes, c'est la panique... Durant cet assaut, il se prend des fragments de métal dans le corps par des missiles lancés par les terroristes : il perd connaissance. Une fois en captivité dans une grotte à la Ben Laden (mais sans les tapis), il se réveille avec des fils branchés sur son torse, reliés à une batterie de voiture... Excitant ! L'autre captif lui expliquera que cette batterie joue le rôle d'un aimant, pour que les morceaux de métal entrés dans son corps soient attirés par cette batterie, et n'entrent pas en contact avec ses parties vitales.

C'est là que tout commence. Il a une semaine pour s'évader, mais une semaine pour construire un missile pour les terroristes. Le reste, ça se passe au cinéma.

Un film correct, avec des très beaux effets spéciaux. Mais on s'y retrouve clairement quant à la bande dessinée, qui nous rappelle qu'il s'agit très bien d'un film de sciences fiction. Si nous vivons des journées de 24h00, stark doit sûrement vivre des journées de 72h00, pour avoir le temps d'aller faire de la musculation, d'aller draguer dans des soirées, travailler comme un barjo sur ses projets, et gérer son entreprise d'armement dont il est le président.


C'est la classe pour aller au boulot tous les matins ça.


De ce que j'ai pu noté, les bons et les mauvais points :


Les bons points :


- Iron Man est un film bien tourné, bien réalisé, bien fait... Des effets spéciaux agréables à regarder.
- La présence de l'Audi R8. L'enfoiré.
- Ce premier opus aura une suite.
- Un peu d'humour, enfin, c'est vite dit.
- Pas de racailles dans la salle, c'est incroyable.


Les mauvais points :

- Iron Man, alias Stark, c'est quelqu'un qui a le temps de tout faire : fiction.
- La secrétaire de Stark, la plus dévouée de toute, joue mal son rôle. A travers les traductions pas toujours très synchrones avec les mouvements de lèvres de nos acteurs outre-atlantiques, on peut lire un "Oh my god" quand elle est surprise, mais c'est limite pathétique. Ca donne presque envie de sourire. Elle est très charmante, mais dans un film, ça ne suffit pas (sauf si on est états-uniens).
- Stark c'est probablement l'enfant prodige de Mac Guyver. Il dévisse des missiles nucléaires pour y prendre des fils, avec une boîte de Kit Kat pour chat et un stylo, il vous fabrique un mini-réacteur qui le maintiendra en vie. Référez-vous à la photo ci-dessous...


Remarque, pour lire la nuit, ça doit être pratique.

- Le film dure quand même deux heures. Au bout d'un moment, on se demande si ça va se terminer ou pas. L'exosquelette de Stark est quand même améliorée trois fois. Le tout en quelques jours. Pas de panique, c'est un film !


Les points divers :

- Son armure porte des couleurs de sang et d'or. On peut donc en déduire qu'Iron Man est supporter de Lens. Au jour d'aujourd'hui, Iron Man doit probablement changer les couleurs de son armure...
- Un type assis à ma droite avec une carrure de viking, qui m'interpelle en chuchotant. Je le regarde, il est vêtu d'une chemise blanche. Il appuie sur la poche avant de sa chemise, sur son torse, et la lumière blanche d'un téléphone portable qui passe à travers sa chemise s'allume, et là il me dit : "Hey mec, je suis Iron Man". "Ok, et moi je suis Clovis Cornillac alors ?"


En conclusion, un film dans la lignée de tous les marvel. Sympathique, mais pas incontournable.
Un film du même genre que j'irai sûrement voir : Batman. Ils ont reproduit le 1, avec des effets spéciaux sûrement à jour. Quant au Hulk, qui ressort sur nos écrans très bientôt, la bande annonce a encore l'air claqué. Le premier opus était totalement nul, alors ils ont mis deux fois plus de $$$, et finalement, ce sera toujours aussi nul !

vendredi, mai 16, 2008

Vers une fin de semaine

Une semaine assez crevante, mais on est bien content de la terminer.
Hormis quelques grèves surprises de la RATP, et une grève prévue nationale prévue la semaine prochaine, tout va bien.

Des choses qui doivent venir sur mon blog, mais qui tardent car il me manque des éléments...

L'enterrement de vie de garçon de Loïc, et son mariage avec Véronique. Quand j'aurais photos et vidéos, même dossier, je passerai par là...


Un petit échantillon...

J'attend surtout une vidéo bien précise qui devrait être assez énorme. Voire même deux ! Et beaucoup de photos.

A venir !


Une dernière chose aussi, à propos du site web Unikity.fr qui devrait sortir prochainement. Oui, il est vrai qu'il y a des soucis de développement à droite à gauche, à cause de nouvelles technologies qui ne cessent de sortir. Donc, pour faire évoluer l'application en offrant un maximum de nouvelles fonctionnalités, Unikity est légèrement repoussé...

Ceci dit, le blog conseilsmarketing propose un article vraiment très intéressant : Comment réussir son communiqué de presse. Pour ceux qui hésitent, qui ont peut-être peur de mal faire, car le communiqué de presse, c'est une étape primordiale en vue de l'accroissement la notoriété d'une société. On ne se fait pas connaître n'importe comment ! Ce communiqué avait été publié lors du salon de l'étudiant de l'année dernière, auquel j'avais participé. 3000 étudiants s'étaient inscrits lors de ce salon, c'était plutôt une réussite. Une bonne publicité bien ciblée, pour toucher un maximum de clients potentiels :)
Unikity a certes pris du retard, mais notez juste que pendant ce temps, ils ont développé la possibilité d'intégrer votre MSN dans l'application. Génial, non?
On pourra vraiment tout faire sur la même fenêtre...

mercredi, mai 14, 2008

Une rue étroite

La plus petite de Paris s'appelle la rue des degrés.
La plus la plus étroite de Paris serait la rue du chat qui pêche.


La rue du chat qui pêche.


Cependant hier dans Paris, quelque chose me persuadait du contraire.
En effet, j'ai trouvé une petite rue que je n'avais jamais remarqué auparavant.
Elle est tellement étroite, à côté d'un épicier, que caché derrière le haut-vent, on ne pouvait même pas apercevoir un bout de cette petite rue habitée. Cette rue s'appelle le passage du Plateau.


Le passage du Plateau.


Et voici la rue en question :

C'est pas une rue plus étroite ça ?


J'en suis sûr, on dirait clairement que cette rue est plus étroite. On ne peut pas y garer un scooter comme dans la première photo. Je n'y comprend plus rien...

Ceci dit, je suis rentré dedans quand même... La rue est habitée. Une sorte d'immeuble complètement isolé, en poussant la porte qui précède une grande cours, pas un bruit. La cours a même l'impression d'être laissée à l'abandon. Des pousses d'herbes par-ci par-là (en fait, partout).
Mais le coin reste sympathique. A la fenêtre, une grand mère qui m'observait sûrement depuis mon arrivée, m'a fait comprend de déguerpir plus vite que lorsque je suis rentré. Sur internet, on voit beaucoup mamies se battre comme des ninjas, j'ai préféré prendre mes précautions, et partir.

Je me dis finalement qu'en comparant les deux rues, si la première est considérée comme la plus étroite, c'est parce qu'elle porte le nom d'une rue, alors que la mienne porte le nom d'un passage...

dimanche, mai 11, 2008

Avalon


Une chanson que j'adore, que j'adore, que j'adore.
J'ai dû l'écouter quelques dizaines de fois...



Lene Marlin feat. Lovebugs - Avalon


Je tiens à dire que les paroles sont vraiment très jolies.
Un clip aussi joli que sa chanteuse, le chanteur des Lovebugs a une belle voix : j'adore.


I want you to be my Avalon
The sweet unknown
Come on over and take on me
I want you to see my Avalon
The love has grown
From here to eternity


Allongé dans l'herbe

Ce dimanche, il faisait très chaud, un soleil qui tapait... un peu fort par moments.
Au parc de Sceaux, dans la pelouse, pour se reposer, pour arrêter de penser.

Allongé sur l'herbe, en regardant le ciel ensoleillé, caché par cet arbre énorme venu ombrer son domaine.




Les bras en croix, l'herbe fraîche et ce petit vent frais, des moments rares malheureusement.

Je tourne ma tête, je ne vois que quelques personnes qui s'agitent, qui s'amusent.

Allongé sur l'herbe, je n'écoute plus rien. Le monde autour de moi n'existe plus.

Alors je ferme les yeux, et j'appelle le vide...

samedi, mai 10, 2008

Still here...


Une Jolie chanson, interprétée par Lene Marlin : Still here. Une version bonus apparemment uniquement sortie à Taïwan.
Des belles paroles, un beau clip.




Still here...

vendredi, mai 09, 2008

Il est beau coco...


Il est beau !

Y'en n'a qui refusaient de me croire, et pas moyen de l'avoir en photo.
Pas de preuves, rien.

Et bien voyez-vous, il est repassé faire un tour chez moi ce soir... Et j'ai pu prendre une photo sans qu'il me voit, de derrière les volets !

Cliquez pour agrandir...

Malheureusement, je ne sais pas vraiment comment s'appelle cette race de Perroquet, je ne m'y connais pas assez.
J'ai juste entendu parler, en regardant un reportage, que des caisses de perroquets de ce style ont été lâchées par erreur d'un avion, et sont tombées en région parisienne. Alors est-ce vraiment d'un avion, ou est-ce par mauvaises manipulations avec des petites grues ou des "fenouiks" ? Aucune idée. Je sais juste qu'il y avait deux caisses, deux races de perroquets des îles, des verts et des bleus. Les bleus n'ont pas survécu.

En tout cas, ces oiseaux là, ça piaille bien fort !

Justice - Stress

La semaine dernière, on m'a envoyé en avant-première une vidéo clip d'un groupe de musique électro appelé "Justice". Ce groupe de musique est connu notamment pour son titre phare sorti en 2007 : "D.A.N.C.E". Le titre de ce clip est "Stress". Elle est assez choquante. Elle est remarquablement bien réalisée. La vidéo est signée Kourtrajmé, et montre une sorte de balade sauvages de jeunes délinquants de cité. Tous ces jeunes sont vêtus d'un manteau en cuir ornés d'une croix qui n'est autre que le symbole du groupe de musique "Justice". Le contenu de la vidéo : des agressions, de la violence non justifiée, du délit, de la destruction, de la délinquance : de la haine. Une vidéo qui dure près de 7 minutes.

Cette vidéo a fait son apparition sur Dailymotion et Youtube le lendemain. En seulement une semaine, ce clip, qui n'est diffusé que sur Internet, dépasse tranquillement le million de visites.

Voici la vidéo en question :


Une vidéo réaliste mais choquante.

A peine la vidéo est diffusée sur Internet, qu'elle déchaîne déjà une polémique. Les médias et les spectateurs commentent, et laissent apparaître de vives réactions. Des experts se sont même réunis pour analyser comment pourrait être perçu cette vidéo par les internautes, qu'il soit de la cité, qu'il soit influençable, ou autre.
Certains rapportent que cette vidéo serait une stigmatisation abusive envers arabes et des noirs (en effet, les agressés sont les blancs dans cette vidéo).

En ce qui concerne les réactions des internautes, énormément de personnes félicitent Romain GRAVRAS, réalisateur de cette vidéo, sur sa page Myspace. Mais beaucoup se demande encore pourquoi une telle violence gratuite.
"Tu mets ton talent au service d'une violence atroce, tu rends ces jeunes hyper ‘cool' et tu ne donnes aucune explication évidente".

Voici un des commentaires que je juge s'approchant le plus de la vérité. Puisque dans cette vidéo, sont clairement mis en valeur les délinquants, pourquoi ne donner aucune explication en fin de clip ? Mon avis est que ce clip entraîne la violence facile et gratuite. L'âge des jeunes que l'on peut voir dans la vidéo représente clairement la population de jeunes les plus influençables, notamment en région parisienne. Secundo, je ne vois aucun rapport entre le style de musique "Electro", et une bande de racailles de cité.

Enfin, je rappelle que les personnes du clip ne sont que des acteurs du groupe Kourtrajmé, dont font partie Mathieu Kassovitz et Vincent Cassel. Kourtrajmé a notamment fait un autre clip, mais passés à la télévision cette fois ci, comme Signatune, et le film d'horreur Sheitan.

Je préfère nettement le clip de Signatune, plus rigolo, que celui de Stress, qui n'a aucun rapport et ne retourne aucune liaison avec le groupe Justice ou le style musical.
Comme quoi, quand on veut se faire de la pub, on en vient aux cités.


mercredi, mai 07, 2008

Élève Mathieu T.

Aujourd'hui, une notation devait être faite. L'élève l'a volontairement cherché. Comme Lycos, les jurys l'ont volontairement trouvé...
Faites pas chier les jurys s'il vous plait. Grâce à ce système de notation, vous avez la chance de connaître mon entourage...

Voici la notation de l'élève Mathieu.


_______________________________________________________________

Capacité à jouer les gentlemen en payant des grecs à sa copine pour fêter le premier mois de leur relation - Détermination pour s'en vanter auprès de son entourage.
Note : 4/4 + félicitations du jury

Aptitude à se heurter la tête contre les murs avec sa touffe - Volonté à esquiver le coiffeur en sortant des excuses sans intérêt - Détermination à entretenir sa touffe de cheveux avec amour. Note: 3/4

Insistance pour se faire payer des repas par les autres - Volonté de vouloir faire la loi à la maison depuis l'âge de 14 ans "Putain mais c'est qui le mec dans cette baraque ? Je sors quand je veux vous avez bien compris ?"
Note : 4/4 + félicitations du jury

Capacité à faire croire aux autres qu'il court plus de 2 heures, et que quand il s'arrête, c'est juste parce qu'il a faim ou qu'il ne sait plus ou courir : il a déjà tout fait. Il prétend même qu'il a le temps de compter deux fois jusqu'à l'infini, c'est pour dire.
Note : 3/4

Capacité à utiliser ses pieds carrés au football et de supporter un club relégable en ligue 2, de pleurer quand le RC Lens perd, et de dormir avec une écharpe de supporter, même l'été.
Note : 3/4

TOTAL GÉNÉRAL 17/20


_______________________________________________________________

Commentaires des jurys :

Les résultats sont excellents, car les jurys lui décernent deux fois les félicitations.

Mathieu est une personne attentionné, sportive, frimeuse et grincheuse le weekend. Et je pèse mes mots. Ses petits côtés ronchons et touffe-touffe me rappellent sans cesse que les ours bruns sont des êtres exceptionnels.

Mathieu n'hésite pas à faire plaisir à son entourage. D'ailleurs, pour cela, il envoie des crêpes, qu'il poste amicalement dans les boîtes aux lettres. Il suffit juste de la plier, et de la composter.

Mathieu est quelqu'un d'intelligent, qui sait se faire entendre. "Vous êtes 7, cotisez vous pour me payer ce repas, ou je vais me mettre en pétard et ronchonner toute la soirée, je vous préviens, quand je deviens un ourson, je suis incontrôlable".

Mathieu est un tchô bobourse, qui ne se laisse pas faire. Actuellement dans le droit, il envisage de repartir chez lui dans la forêt, avec sa copine (il est pour le moment impossible de déterminer laquelle). Mathieu est en effet un sentimental. Nous, jurys, le félicitons royalement pour sa volonté à offrir des grecs à ses conquêtes, qui, attirées par l'odeur de la graisse (et d'autres choses qui peuvent éventuellement donner la gerbe), succombent à son charme.

Mathieu est aussi une personne épanouie sexuellement. En addionnant le nombre de fois ou il s'accouple quotidiennement, le Mathieu entretient environ près de 2 200 relations par an, et entre ainsi dans le guiness des records (et aussi, mais ça, c'est secret, dans un hôpital américain pour se faire greffer une prothèse). Les sandwichs grecs seraient son secret d'endurance. Les grecs, la Grèce, la graisse... Non rien.

Ses amis, il les sélectionne en fonction de la voiture. Par exemple, un de ses meilleurs potes possède une superbe 205 Tunning de Jacky verte militaire (ça tape), de manière à pouvoir faire des rodéos dans les marécages sans être repéré. Ses plaisirs sont ainsi de mettre le son à fond, tout en laissant les fenêtres ouvertes, et de se croire comme étant dans un clip de Snoop Dog.
Ils se baladent volontairement à 90 km/h (c'est le maximum) dans des parkings de supermarché, juste pour se vanter devant les autres "on a fait les tarrés, on était 80 km/h au dessus de la limite !"

mardi, mai 06, 2008

Repas de poche

Quand on entend repas de poche, on se dit qu'il s'agit sûrement d'un vieux Snickers.
Cette petite barre d'obèse entourée de chocolat. Qui n'en a jamais mangé en se disant qu'il était impossible de devenir obèse pour un Snickers...

Aujourd'hui, réunion en entreprise. Une réunion d'une journée.
Réunion d'une journée veut dire pas de sorties (sauf pour les cas pressants), et donc, pas de cantine...

Et donc, ça veut dire : repas de poche. Je dirai même, dans mon cas, repas prestigieux.
Prestigieux ? Vincent il mange des pépites de chocolat en or ?

Et bien non. Dans mon service, on a la chance de pouvoir commander des repas... complets. Jetez donc un coup d'œil à ça...

Messieurs du projet, bon appétit...

Qu'il est bon d'avoir des réunions de coordination !
Alors moi aussi, j'étais plutôt froid en ouvrant la boîte au démarrage... "c'est l'armée ou quoi ? On mange des portions maintenant ?" Et puis finalement, en ouvrant la boîte, que trouve t'on ?
La cuisine équipée des repas. La voiture toutes options !

L'entrée, des légumes, le repas, saumon fumé avec pâtes, du Rochefort, avec un gâteau au chocolat qui croque sous la dents et du pain. Mais bien entendu, le tout compris avec un couteau, une fourchette, une cuillère, un verre et une serviette... Deux bouteilles de Sancerres (j'appuie sur le fait qu'il n'y avait pas de bouteille d'eau livrée). Et pour après manger, un petit chocolat, un essuie-main senteur citron, un dentifrice en comprimé (oui, c'est l'an 2000, désormais, on croque le comprimé, ça mousse, on frotte avec la langue et on avale... A peine chimique, mais fallait bien tester.)

Le complet du complet ! J'ai quand même demandé le prix de ce petit repas, qui était franchement bon : 32 euros.

A ce prix, j'ai ramené les couverts chez moi. On allait pas les jeter...
"Comment ça, ça fait clochard ? Ben va en acheter alors !".

Je ne donne pas la marque de ce traiteur, dont la principale activité est de livrer des repas. Juste, c'est un traiteur connu, et dans le nom de la marque, on peut y lire le mot prestige.

La prochaine fois, vous viendrez manger avec moi, au moins vous pourrez tester le dentifrice de l'avenir...



dimanche, mai 04, 2008

Soirée Velib'

D'habitude, ces soirées là, je les fais avec Markus et Toinou.
Ce soir là, c'était avec les Isséens (habitants d'Issy-Les-Moulineaux).

En mai, fait ce qu'il te plaît. Cependant, ça ne m'a pas empêché de chopper une bonne petite crève.
Enfin, comme on dit "Faut c'qui faut !".

Départ depuis Issy-Les-Moulineaux, 19h00. Pique-nique préparé, rendez-vous à la station de vélib' la plus proche, aux portes de Paris.
Les galères déjà, avec ceux qui apprennent qu'il faut laisser une caution de 150€ pour pouvoir emprunter un vélib'. Pour ma part, en plein paiement, sur la borne de location de Velib', je suis retourné à l'écran d'accueil, après avoir payé. En gros, j'ai payé deux fois, ce qui ne vous laisse pas vraiment en confiance...

"Mais touche pas, puisque je te dis que j'ai rentré le code..."


Une fois les Velib' en place, direction Paris, puis, direction les quais. Le tout en appréciant le beau temps évidemment. Sur le moment, il faisait très chaud. Pas de vent, une température limite estivale, surtout parce qu'on n'est pas habitué à ce type de température.

Sur la route, les zig-zags et les blagues précédées de rires règnent en maître !
Attention toutefois aux Zig-Zags, c'est dangereux... Et après deux heures de Velib', et quelques pauses pour certains qui ne s'étaient pas fait de casse-dalles, on arrive à notre destination.
Sans oublier la pause de Julien, qui a voulu sprinter pour épater la galerie, et qui finalement a déraillé avec son Vélib' (je ne vous explique pas la galère pour remettre sur rails un Vélib')...



Pause-soif, le temps de remettre le dérailleur de Ju...

Arrivés sur les quais, pas très loin de Saint-Michel, l'île Saint-Louis, une masse de monde avait déjà pris possession des lieux. Faut dire qu'on n'était pas en avance : 22h00.
On trouve un endroit pour se poser parmi cette foultitude de jeunes ! On a même été accueilli par d'autres personnes. Il y avait une très bonne ambiance finalement. On était déjà 9...
Et même à minuit, toujours en Tee-shirt (elle est ptêt là l'erreur :)


Après 22h00, ya encore l'apéro...


On avait même la couverture pour pas se salir les fefesses !
Greg, qui rendait son Vélib' en retard, nous a rejoint quelques temps après. Et nous, en gueulant après son retard, avons entraîné des cris venant de partout sur les quais, puis, tout le monde s'est mis à l'acclamer. Voilà, fallait pas arriver en retard.

Ça commence à devenir limite agréable !


J'ai donc pris quelques photos de Paris, depuis l'endroit ou nous étions.

Charmant non ?


Beaucoup de couples se baladaient dans Paris au bord des quais notamment. Avec le temps et la température, c'est probablement l'un des endroits les plus romantiques.


Une autre vue sympathique...


Une soirée qui devait s'achever pour nous, car il commençait à se faire tard. Trois heures du matin, il serait peut-être temps pour nous de trouver des Vélib'. En espérant qu'il y en ait...
On range le bronx, on dit au revoir aux groupes voisins, et j'appuie vraiment sur la sympathie qu'il y avait sur les quais. A part quelques exceptions, quelques passages de racailles, ou de policiers pour contrôle d'alcool ou de drogue (arrêtez de vous droguer enfin, c'est pas vrai...), c'était vraiment très calme, tranquille, agréable.


Une dernière photo de groupe avant le retour !


On plie bagages, et on repart direction une station de Velib'. Mais là, un problème prévisible et c'est connu. En début de soirée, les utilisateurs de Velib' prennent les vélos aux portes de Paris, pour aller dans Paris. Tard le soir, c'est le contraire. Les gens prennent des Velib' depuis Paris, et rentrent chez eux en laissant leur vélos aux portes de la capitale. Ce qui fait qu'en début de soirée, il n'y a pas de vélos en périphérie, et qu'en fin de soirée, il n'y en a plus au milieu de notre capitale ! C'est juste un léger problème de logistique qu'on ne va pas approfondir je vous rassure... Juste que pour rentrer et trouver un vélib', deux pauvres vélos crevés qui restaient en station, c'est la galère !

Et en marchant, un peu plus tard, on a du trouver la station de Velib' la plus grande de Paris je pense, ce n'est pas possible autrement.

Une rangée de Velib', sans fin !


Et puis ce fût le retour tranquille, pépère comme on dit. Col roulé oblige, car avec la vitesse du vélo, la température n'était plus la même, surtout à cette heure. Enfin, de toute façon, je crois qu'il est trop tard. Un retour bien plus sympathique que l'aller, moins de gens, de voitures. Nour qui faisait de l'harmonica le long du chemin, Gui qui en faisait de même (avec son chant de héros).

Bon, il y a eu quelques gamelles, que je n'évoquerai pas. Juste, c'est pas moi...
J'ai juste entendu que Barette a connu une gamelle énorme. "Il paraît que Barette a un troisième oeil". Tout le monde a rigolé, Barette je ne l'ai jamais revu du coup, sans doute rentré à la maison... Avec son œil en plus. Au moins avec ça, on ne peut que mieux voir. Ça l'aidera sûrement à rentrer... Une dernière chose. L'innondation de chez Jeremy fait son succès. Plus moyen d'ouvrir la porte au petit matin. Les clés de Nour, et celles de Laura sont dedans. Voilà, tous chez ju, squattage de lits...

Retour à 4h30 sur Issy, bonne nuit à toutes et à tous. Je reprend la voiture, dodo tard le matin. Réveil pas très facile, mais de chance, le soleil n'est pas parti !

C'était une soirée sympathique, qui met déjà l'eau à la bouche en vue de l'été qui arrive à grands pas.

samedi, mai 03, 2008

Cash

Jeudi soir, un petit ciné.
Certes, c'était le premier Mai, on savait qu'il y aurait du monde.

Du monde, on en a voulu, du monde, on en a eu.

On voulait aller voir Iron Man, on a fini par aller voir Cash. Un film que je voulais aller voir avant, avec Jean Dujardin et Jean Reno.

La bande annonce avait l'air attirante. Allez, va pour Cash, puisque Iron Man, c'est complet !

Voici la bande annonce d'un film qui s'annonçait sympathique.




La bande annonce de Cash

Voilà voilà...

Alors le film commence plutôt bien, Clovis Cornillac (tiens, il joue dedans lui aussi ?) se fait descendre. Clovis, vous savez, Astérix. On ne le présente plus, c'est une star internationale...

Bref, il se fait plomber. Alors, Jean Dujardin décide de le venger. (Je raconte le film en une phrase).

Dans ce film, il y a un pigeon. Il faut juste deviner qui. On le sait à la fin, je ne vais pas vous le dire. En fait, je me tâte.

Il y a plusieurs bandes dans ce film. Mais un seul pigeon. Le but, pour Jean Dujardin, c'est de réaliser une grosse arnaque.

Les bandes :

- Jean Dujardin (il est une bande à lui tout seul)
- Jean Réno
- La police des polices
- La police (une femme)
- Le chef de la police (deux américains, en France... ?, qui donnent des baffes)
- Une bande de lascars
- D'autres acteurs qui ne servent à rien.


Bref, dans ce film, tout le monde se met sur tout le monde, pour voir une fin plutôt décevante à mon goût. J'ai vraiment envie de la raconter cette fin, car pour moi, elle est vraiment décevante. On est loin du film [REC], qui fut prenant jusqu'à la dernière seconde.

J'ai même envie de dire que finalement, le pigeon, c'est le spectateur. Enfin...

Je ne dis rien, juste parce que ce film est français, et que malgré tout, Jean Dujardin joue remarquablement bien, un véritable séducteur. De même pour Jean Réno, qui distingue une certaine classe...
Mais cela ne suffit pas à mon goût pour remonter la pente. En fait, la fin, c'est plutôt dommage.

Au pire, allez y, mais partez avant la fin, sinon c'est vous le pigeon.



vendredi, mai 02, 2008

Cerrone - Hysteria


Une chanson que j'adore dans l'album de Ceronne, Culture (Best of) : Hysteria.

Elle est connue, tout le monde la connaît celle là normalement...
Auteur de moult morceaux funk - disco - house, supernature, il n'est plus à présenter, et voici un Live que j'ai trouvé sur le net...

Ce live, c'est pour la chanson que je le met, pas pour les filles, on est d'accord, ok ?




Hysteeeeeeeria...

Avec cette chanson dans la tête, un peu de soleil pour vous accompagner dans un week end qui s'avérera être agréable pour vous ! (dit-il, avec l'accent d'une voyante célèbre).

jeudi, mai 01, 2008

Le 1er Mai : jour du muguet !

C'est aussi la fête du travail.
Le droit de se lever un peu plus tard quand on se lève tous les jours à 6h00, je dis juste : pourquoi pas !

Vous avez peut-être pensé à en offrir autour de vous...


Le muguet, ça coûtait 3 francs à l'époque. Dans la rue, j'en vois à 5 euros...

En tout cas, offrir un brun de muguet aurait une signification... Ce serait tout simplement le bonheur qui ferait son retour.
Alors je souhaite que ceux qui l'ont perdu le récupèrent au plus vite, et que ceux qui ne l'ont pas perdu... en fassent profiter aux autres ;)